Blog Archives

Nouvelle hausse de prix automatique chez SFR

Cela faisait un petit moment que ça ne m’était pas arrivé : une « amélioration automatique » de mon forfait mobile Red by SFR.

J’ai déjà un forfait chez eux depuis quelques années, au début 10 €/mois pour 40 Go puis par la suite 12 €/mois pour 100 Go. Au vu de mon utilisation actuelle, qui a quelque peu changée depuis, 30 à 40 Go me suffiraient aujourd’hui, mais il n’existe pas de tel forfait ou en tout cas pas à un prix raisonnable (même les forfaits 20 Go ne se font en ce moment plus ni chez B&You, ni chez Red).

Il y a quelques jours, un mail m’annonce que je vais bénéficier d’une nouvelle offre contenant plus de gigas (comme si 100 Go n’était déjà pas assez) : 130 Go/mois « pour seulement 3 € de plus par mois ». C’est en bas du mail qu’il faudra regarder pour obtenir le lien permettant d’annuler l’offre, mais jusqu’à quand ? On sait déjà depuis le temps que les forfaits ayant un « prix à vie » sont tous voués à augmenter un jour ou l’autre, sans possibilité de refuser cette augmentation…

On peut également depuis son espace client changer d’offre mobile (sans avoir à demander une nouvelle carte SIM), quelque chose que ne permet pas de faire B&You, pratique ! La petite chose amusante c’est que l’on me propose d’obtenir un forfait avec la même quantité de données… pour seulement 1 € de plus par mois.

L’intérêt de la manœuvre me semble discutable, et je me demande si des clients ont déjà réalise ce changement de forfait, qui ne sert qu’à payer plus cher son forfait.

Expérience (décevante) de SAV Oculus

L’Oculus Quest est mon premier casque de réalité virtuel, et quel appareil impressionnant ! Malheureusement, tous les produits semblent avoir un petit souci de conception différent à chaque fois : pour le CV1 c’était les haut-parleurs intégrés qui finissaient par lâcher, pour le Quest 2 c’est la sangle de maintien Élite qui finit par casser, et sur le Quest 1 dont le miens ce sont les gâchettes des manettes qui finissent par couiner. Voici mon expérience avec le support client :

  1. Après quelques mois (d’utilisation plutôt modérée), les gâchettes de mes deux manettes se sont mises à couiner/grincer. Je n’ai jamais vu une autre manette (plus classique) avoir ce souci. Le problème est dérangeant car le bruit s’entend même en jeu et casse ainsi l’immersion qu’Oculus met tant en avant. Les deux manettes sont acceptées en garantie.
  2. Je reçois deux manettes neuves. La droite recommence à grincer assez fortement peu de temps après, elle est de nouveau acceptée en garantie. La personne du support me conseille quand même de démonter ma manette et de mettre un peu d’huile au niveau de la gâchette, faisant ainsi sauter la garantie, sans parler du fait que ces manettes ne sont pas faites pour être démontées avec aucune vis apparente…
  3. Je reçois une manette reconditionnée, rayée à l’intérieur du compartiment batterie (pas qu’un peu) et avec un souci de gâchette de grip, qui reste coincée lorsqu’on la relâche, la rendant vraiment compliquée à utiliser… Elle est acceptée en garantie.
  4. Je reçois une manette reconditionnée, toujours rayée à l’intérieur du compartiment batterie, mais surtout complètement poncée sur les plastiques durs. Cerise sur le gâteau, l’anneau est tout simplement cassé, avec une fissure bien visible. En bonus je mets un courrier avec les manettes pour expliquer tous ces échanges avec le SAV, dans lequel je précise également que je préfèrerai obtenir des manettes neuves ou comme neuves étant donné que c’est déjà le 3ᵉ envoi (je le précise également lors des communications avec le support, mais la communication est tellement bonne qu’apparemment personne n’a aucun pouvoir).
Anneau cassé…
Plastiques poncés/frottés…
  1. Je reçois une manette reconditionnée, toujours rayée à l’intérieur du compartiment batterie (encore plus cette fois), et toujours poncée sur la poignée et l’anneau comme sur la photo ci-dessus…

Ceci est d’autant plus rageant que je prends extrêmement soin de mes affaires, celles-ci étaient donc dans un état réellement comme neuf lorsque je les ai renvoyées.

Que de temps perdu, que ce soit du temps d’utilisation, du temps de garantie ou du temps passé à communiquer avec le service client, à prendre des photos, des vidéos, etc. sans compter les frais qui découlent des déplacements nécessaires pour poster le colis (dans point de vente DHL obligatoirement) ainsi que la relative perte de valeur et perte de qualité du produit… 😕

En espérant que mon témoignage vous permettra de vous faire un avis sur le fonctionnement du SAV Oculus. 🙂

Mise à jour du 4/03/2021 : Oculus m’a expliqué qu’ils ne pouvaient plus m’envoyer de manette neuve car elles ne sont plus en production (le Quest 2 avec ses nouveaux Touch étant arrivé), c’est un peu décevant, il devrait bien y avoir quelques stocks de côté pour des situations exceptionnelles… Ils m’ont proposé de refaire un échange par le même procédé ou de « m’offrir » 30 € de crédit Oculus Store, ce que j’ai accepté puisque le processus ne s’arrêtera autrement jamais et tout ça commence à me prendre bien plus de temps et d’argent que je ne le souhaite. 😕

[CONCOURS] Gérez vos fenêtres efficacement avec Swish

Une des choses que macOS ne fait pas très bien nativement, c’est la gestion des fenêtres. Hormis le Dock qui est très pratique avec la minimisation des fenêtres, un utilisateur macOS aura souvent plusieurs fenêtres ouvertes empilées les unes sur les autres, tel un joyeux bazar. Ce phénomène semble un peu moins présent sur Windows, qui possède des fonctionnalités de « snapping » natives (ainsi que des raccourcis claviers assez complets). Ce principe permet de coller une fenêtre sur un bord ou dans un coin de l’écran pour que la fenêtre se redimensionne automatiquement, permettant ainsi d’avoir par exemple deux fenêtres côte à côte facilement redimensionnables grâce à une poignée centrale. Bizarrement, ce fonctionnement est exactement le même que Split View, disponible sur iPad depuis iOS 11, mais il n’est pas encore apparu sur macOS…

Pour palier cette fonctionnalité manquante, très pratique sur un grand écran (mais aussi parfois sur portable), j’utilise Rectangle, qui malgré une interface un peu austère qui ne rassurera que les power users, permet facilement de lancer une fenêtre dans un coin ou sur un bord. Une fonctionnalité très intéressante de Rectangle est la possibilité de placer une fenêtre sur un tiers ou les deux-tiers de l’écran. Je me sers souvent de cette disposition pour par exemple avoir une console sur un tiers et mon éditeur de code sur deux tiers.
Le petit bonus, c’est que cela fonctionne aussi sur les moniteurs placés à la verticale, en mode portrait : les trois tiers sont ainsi découpés sur la longueur de l’écran et non sur la largeur. Je m’en sers souvent pour placer une vidéo sur un tiers afin qu’elle occupe toute la largeur de mon écran vertical.

J’ai par la suite découvert Microsoft PowerToys grâce à un collègue, qui comprend l’utilitaire FancyZones proposant un fonctionnement similaire et même bien plus complet que Rectangle sur Windows 10. Un must-have !

Un peu déçu d’avoir trouvé un logiciel de productivité meilleur sur Windows que macOS, je me suis mis à la recherche d’un nouveau logiciel, et j’ai découvert Swish.

Swish Icon

D’entrée de jeu, il est important de savoir que Swish est fait pour fonctionner avec une Magic Mouse ou un trackpad, c’est pour cette raison que j’ai évoqué plus haut d’intéressantes alternatives pour macOS et Windows (des raccourcis clavier assez complets sont cependant disponibles, mais ils nécessiteront souvent de lâcher la souris pour les utiliser). Personnellement, sur macOS, je n’utilise que des trackpads (intégré sur mon MacBook Pro, et Magic Trackpad sur mon Hackintosh de bureau) car je trouve que c’est le dispositif de pointage le plus confortable, agréable et optimisé pour ce système, les gestes étant extrêmement bien implémentés, et Swish complète justement très bien cela. Les seuls moments où j’utilise une souris (j’aimerais bien essayer un trackball un jour cependant), c’est pour les jeux-vidéos et sur Windows (le support Magic Trackpad n’étant pas terrible).

Alors Swish qu’est-ce que c’est ? C’est un logiciel développé par Christian Renninger, qui vous permet d’envoyer les fenêtres où vous voulez sur vos écrans d’un simple geste de défilement sur la barre de titre de celles-ci. Non seulement on peut déplacer les fenêtres, mais aussi facilement les minimiser, les maximiser, les mettre en plein écran, changer de fenêtre d’application, changer d’application… Bref, ça gère tout ce qui se rapporte à la gestion des fenêtres, petite démo rapide officielle :

Trailer de Swish

Pour le déplacement des fenêtres sur un écran, on glisse avec deux doigts (comme un défilement) vers la gauche ou droite pour placer une fenêtre sur une moitié d’écran. En glissant vers le haut on maximise, en bas on minimize. Les actions peuvent être découpées en deux, par exemple pour placer la fenêtre dans le coin inférieur droit, on glisse vers la droite, on fait une petite pause puis on glisse vers le bas, et hop, le petit diagramme apparaît et on sait ce qu’il va se passer en relevant ses doigts. Si l’on s’est trompé, il suffit d’appuyer sur Échap ou d’attendre un peu sans bouger (délai configurable dans les préférences) pour que le diagramme disparaisse et qu’aucune action n’ait lieu, parfait !

Le snapping de fenêtre

Swish possède des préférences très complètes, qui permettront de paramétrer diverses choses dont les raccourcis claviers, ainsi que d’avoir une référence complète de tous les gestes disponibles.

Au niveau des défauts de Swish, on pourra citer le fait qu’il ne soit pas
Pour moi, le principal défaut de Swish (qui ne concernera probablement pas beaucoup d’utilisateurs), c’est la gestion des moniteurs à la vertical (mode portrait), puisque dans ce cas les tiers ne s’adaptent pas selon la hauteur de l’écran et l’on ne peut donc pas placer de fenêtre sur un ou deux tiers verticalement. Je garde donc Rectangle pour cette fonctionnalité uniquement, en espérant que Swish sera mis à jour pour supporter ceci par la suite (cet article sera mis à jour si tel est le cas).

Swish n’est malheureusement pas open-source contrairement à Rectangle et PowerToys, mais le logiciel est exempt de bug, très complet et en développement actif (il y a déjà une version M1 pour ceux qui ont la chance d’être sur cette plateforme 🙂). Vous pourrez acheter Swish sur le site officiel (pas d’App Store car c’est contre les règles…) pour 9 €, sachant que le prix devrait augmenter à terme à 15 €. Vous pouvez également obtenir l’application via Setapp. Si vous êtes étudiant et possédez une adresse mail qui se termine en .edu, n’hésitez pas à envoyer un mail au développeur pour obtenir une réduction !

Et grâce au développeur, vous pouvez gagner deux licences de Swish en laissant un commentaire sur cet article et en réalisant les actions suivantes si vous souhaitez augmenter vos chances de gagner 🙂 :

Deux licences de Swish à gagner !

La fibre !

Ça y est, la fibre est arrivée à la maison !

Pour l’historique, lorsque j’étais petit, nous étions chez SFR avec une Neufbox en ADSL, qui proposait un débit max d’environ 800 ko/s en téléchargement, pas terrible (mais il n’y avait pas encore de vidéos FHD ou 4k sur YouTube à l’époque, on s’en sortait 🙂)…

Nous sommes par la suite passés chez Free, avec une Freebox Crystal v5 (alias “la Freebox du pauvre”) pour un débit descendant de 2 Mo/s ou 20 Mbps dans les meilleurs jours, ce qui est le débit max atteignable en ADSL. Le problème de cette box, c’est qu’elle est nulle. C’est le seul routeur que je connaisse qui n’a pas d’interface d’administration locale, tout se passe par internet, à chaque changement de configuration (ouverture de port par exemple), il faut débrancher et rebrancher la box (pas d’option pour la redémarrer), et si jamais il y a un soucis avec la connexion et bien pas moyen d’avoir d’informations puisque tout se passe par internet. Cette box, au look assez moyen (deux pavés empilés l’un sur l’autre), possède le système d’alimentation le plus moche que j’ai pu voir sur un appareil électronique :

Une monstruosité anti-simplicité et anti-ergonomie

Le bloc d’alimentation est déporté, il est gigantesque (en partie car il embarque un système CPL pour communiquer avec le décodeur télé, qui n’a jamais été utilisé chez nous), et la prise baril n’est pas la même que sur la box, il y a donc un adaptateur entre les deux… Autre problème de cette box, c’est qu’elle ne propose pas de WiFi ac (5 GHz), et les performances du WiFi 2,4 GHz n’ont jamais été bonnes (ça reste un point d’accès de box, ce n’est bien entendu jamais très performant, surtout que nous avons en moyenne 20 appareils connectés dessus).

La Freebox Crystal v5

Heureusement, depuis moins d’un mois, nous sommes éligible à la fibre ! Seulement chez Orange/Sosh pour le moment (d’après les sites des différents fournisseurs), puisque c’est Orange qui s’occupe de l’installation de la fibre dans notre quartier. Ni une, ni deux, nous voilà chez Sosh avec leur offre actuelle à 15 €/mois pendant 1 an puis 30 €/mois, tout ça pour un débit de 300 Mbps descendant/300 Mbps montant, soit 15 fois notre débit théorique descendant ADSL et 150 fois le débit théorique montant, pas mal !

Le boîtier de raccordement des fibres, nous y sommes les deuxièmes à être branchés !

Voici donc la Livebox 4 (la 5 existe mais il faut être chez Orange…), plus petite, plus discrète, avec une alimentation comme elles doivent être.

La Livebox 4

Alimentation de la Livebox 4

Il y a également une interface d’administration locale, ouf ! Elle pourrait cependant être améliorée et simplifiée, lors de l’installation, la page web de configuration devait forcément être visualisée en mode paysage, le site suggérant de ne pas utiliser de smartphone, ou d’élargir la fenêtre de son navigateur sur ordinateur… On sent que c’est bien codé… Sur mon smartphone Android avec la dernière version de Chrome, l’interface d’administration ne s’affiche tout simplement pas, la page reste noire. Les application “Ma Livebox” ne sont également pas terribles, elles mettent du temps à se connecter et proposent une configuration très limitée, absolument pas cohérente avec l’interface web.

La carte du réseau local, une fonctionnalité intéressante que n’offrait pas la Freebox

Un point curieux, et un peu triste, c’est que cette box possède un emplacement avec une prise SATA au fond, qui permet d’insérer un disque dur propriétaire et d’accéder à ses données à la fois sur le réseau local mais aussi par internet, faisant donc office de NAS. Il y a un peu moins d’un an, Orange a tout simplement arrêté ce service (probablement pour vendre des abonnements Cloud à la place), cet emplacement ne sert donc plus à rien… On peut toujours brancher un disque en USB3 (uniquement formaté en FAT-32 ou NTFS, même pas en exFAT, c’est honteux…), mais il ne sera pas disponible par internet.

Et maintenant, les débits ! Et bien nous ne sommes pas déçus, les débits réels atteints (sur les serveurs Orange, notamment) correspondent bien à ce que promet l’abonnement, avec quasiment les 300 Mbps en descendant et en montant, ce qui signifie que nous pourrions certainement obtenir des débits plus élevés avec un autre abonnement (ceux à 1 Gbps descendant/500 Mbps montant par exemple), super !

Speedtest depuis un iMac en Ethernet

Le WiFi 5 GHz apporte de bien meilleurs débits qu’auparavant, voici un test réalisé depuis mon Hackintosh situé dans une pièce différente (toujours avec ~20 appareils connectés au WiFi, répartis entre les deux réseaux 2.4 GHz et 5 GHz) :

Speedtest depuis mon Hackintosh sur le WiFi 5 GHz

Je remarque aussi la différence lorsque je stream l’affichage de mon Oculus Quest sur mon iPad Pro : avec la Freebox, c’était impossible d’avoir un flux vidéo stable. Je ne sais toujours pas vraiment pourquoi les transferts locaux, entre deux ordinateurs du réseau par exemple, ont des débits plus faibles que ceux atteints par internet… Il serait intéressant d’essayer avec un vrai point d’accès plus performant.

Au final, c’est une sacrée amélioration par rapport à avant ! Il y a quelques années, nous avions tout chez Free : box internet et forfaits mobiles. Maintenant avec les filiales low-cost comme Sosh, Red et B&You, ils se sont fait rattraper au niveau des prix et des fonctionnalités, et nous n’avons aujourd’hui plus aucun service de chez Free.

AliExpress pas très sympa…

Je commande beaucoup sur AliExpress, et jusqu’ici je n’ai jamais eu de problèmes par rapport aux litiges ouverts sur mes commandes. Parfois le produit ne correspond pas, parfois il ne fonctionne pas, etc. et la plupart du temps, après avoir ouvert un litige, le vendeur (ou AliExpress si le temps imparti pour que le vendeur réponde a expiré) rembourse la totalité ou une partie du montant de la commande.

Mais dernièrement, tous mes litiges pris en charge par AliExpress (et non par le vendeur) ont proposé un remboursement uniquement si l’objet était renvoyé par colis suivi jusqu’au vendeur. Sauf que les frais de port de la France vers la Chine n’ont rien à voir avec ceux de la Chine vers la France. En Colissimo il faut compter pas moins de 24 € pour expédier un colis d’une centaine de grammes, soit parfois 5 fois plus cher que le prix de l’objet…

Mauvais modèle d’adaptateur USB envoyé

J’ai eu ce problème avec un chargeur USB pour voiture (courant de charge trop faible), un adaptateur micro-USB femelle vers USB A femelle (mauvais objet reçu), des breadboards (mauvais modèle reçu). Peut-être qu’ils ont compris que les gens ne renverraient jamais les produits défectueux, et donc qu’ils n’avaient pas à rembourser les gens, mais au niveau de la satisfaction client c’est pas terrible.

J’essaierai maintenant de contacter d’abord le vendeur avant d’ouvrir un litige, peut-être que ça améliorera mes chances d’être remboursé.

X-Bows, le clavier ergonomique ultime !

Je m’intéresse beaucoup à l’ergonomie, notamment sur mon bureau et les périphériques qui y habitent. C’est en effet un endroit où je passe une bonne partie de mon temps, il est donc important d’avoir du matériel confortable à utiliser. C’est plus agréable et ça réduit les risques d’avoir des troubles musculosquelettiques ou d’autres douleurs à long terme.

Le clavier est un élément tellement important de notre bureau, on lui accorde pourtant peu d’importance. Il n’a pas évolué depuis… son invention. Heureusement, il existe des alternatives :

Premièrement, je ne tape plus en azerty, cette disposition bien connue de tous qui a été conçue dans l’optique de réduire les risques de blocage des machines à écrire mécaniques. J’utilise la disposition « francophone, ergonomique et libre » Bépo, et ce depuis deux ans et demi.

Logo Bépo

Un an plus tard, j’ai obtenu un TypeMatrix 2030. Ce clavier à 100 € sans port avec protection silicone possède une disposition des touches « orthogonales », un mot barbare pour dire que toutes les touches sont alignées. Ça augmente sérieusement le confort et c’est bien plus logique. Ce clavier déplace aussi certaines touches comme la touche « entrée » et « retour arrière » pour les placer au milieu du clavier. On ne dirait pas comme ça, mais c’est fantastique !

TypeMatrix 2030

TypeMatrix 2030

Et voici qu’un nouveau clavier ergonomique arrive sur le marché ! Le X-Bows apporte bon nombre d’améliorations au TypeMatrix 2030, on dirait presque son descendant direct.

Le nouveau clavier X-Bows

Touches mécaniques au choix (bleu, marron, rouge ou noir), LED contrôlables individuellement, colonnes décalées verticalement selon la longueur des doigts, touches légèrement incurvées pour être dans l’alignement du poignet… Le tout disponible avec des capuchons qwerty (et une vraie touche « commande » pour les adeptes de macOS) ou vierges. Le clavier est doté d’une prise USB-C pour le connecter à l’ordinateur, ce qui permet de changer de câble s’il venait à s’abîmer ou si la longueur ne convient pas.

Il est disponible pour ~120 € avec le port pour la France pendant la campagne Kickstarter (les 1000 premiers uniquement). Ils estiment la date de livraison à décembre 2017. J’ai vraiment hâte d’essayer le mien !

Boys in Lilies

Soutenez Boys in Lilies, de la musique agréable et relaxante à écouter sans modération !
Ils ont besoin de vous pour leur projet sur Kiss Kiss Bank Bank !

[REVUE] League of Legends

League of Legends

Introduction

League of Legends (abrégé en LoL) est un jeu gratuit de stratégie en temps réel, mais plus du côté du MOBA (Multiplayer Online Battle Arena) qui est donc une arène de bataille en multijoueurs. League of Legends est un des MOBA les plus réputés de cette catégorie, certains organisent même des tournois internationaux.

Présentation

League of Legends est un jeu qui se joue entièrement gratuitement, pas besoin de payer pour débloquer des personnages (à part pour changer leur apparence, ce qui est totalement inutile) ou d’autres choses, cela ne vous empêche pas de le faire, mais une monnaie virtuelle est là pour vous permettre de jouer gratuitement. Ce jeu possède des graphismes en cel-shading ce qui permet de donner un petit effet cartoon au jeu. League of Legends est un jeu vraiment dur à prendre en main, il vous faudra jouer beaucoup pour devenir fort, heureusement, il existe un mode d’entrainement contre des « bots » contrôlé par l’ordinateur, qui sont moins difficile que les joueurs normaux. L’une des grosses particularités des MOBA sont les sbires. Ce sont des petites créatures qui partent de votre Nexus (bâtiment à détruire pour gagner la partie) toutes en même temps dans chaque « couloirs » de la map et qui ont pour seul but de se prendre les coups à votre place, d’infliger de faibles dégâts aux sbires ennemis, aux champions ennemis et aussi aux tourelles ennemies (il y a 2 tourelles de chaque équipe dans chaque couloir qui font énormément de dégâts et qui doivent être détruites pour passer librement).

League of Legend Gameplay

On peut voir ici 3 champions, une tourelle et des sbires ennemis.

Champions

Pour jouer, il faut bien sûr un personnage (champions). Il existe à l’heure actuelle 97 champions en jeu, ce qui donne déjà une bonne marge de sélection et qui permettra de renouveler la durée de vie du jeu. Chaque semaine (changement tous les mardis), 10 champions peuvent être utilisés gratuitement pendant toute la semaine et s’ils vous plaisent, vous pourrez toujours en acheter avec les PI (Points d’Influence = la monnaie virtuelle du jeu) que vous aurez gagnés au long de vos parties. Concernant le gameplay, chaque champion possède une compétence passive, qui est tout le temps active et 4 compétences que l’on active manuellement. Au début d’une partie, notre champion est niveau 1, et à force de combattre, il pourra augmenter jusqu’au niveau 18, ce qui lui permettra d’augmenter l’un de ses sorts à chaque niveau. Tous les héros possèdent une compétence spéciale appelée compétence ultime qui est bien plus puissante que toutes les autres, qui se recharge plus lentement et qui n’est disponible qu’à partir du niveau 6.

Deux champions : Teemo et Irelia

Cartes

Concernant les cartes, il n’en existe que 3. La plus jouée est la Faille de l’invocateur qui se joue à 5 contre 5, c’est une map assez simple à première vue avec 3 couloirs qui partent de chaque côté, mais attention à la jungle au milieu, on y trouve des monstres pas très compliquer à tuer et qui permettent de monter de niveau un peu plus rapidement, et la jungle permet aussi de se camoufler et de faire des attaques-surprises derrières des ennemies. Cette carte est disponible en version enneigée à certains moments de l’année. On peut aussi retrouver cette carte dans quasiment tous les MOBA qui existent, elle est très populaire, et pas que dans League of Legends.

Faille de l'Invocateur

La Faille de l'invocateur avec les éléments importants de la carte.

La deuxième carte est la Forêt torturée. C’est une carte qui se joue à 3 contre 3 et qui ne possède que deux couloirs (les sbires ne vont donc que dans 2 directions différentes. Elle possède aussi une petite jungle en haut et une jungle sans monstres (il n’y en a en fait qu’un) au milieu qui permet de changer de couloir rapidement.

La fôret torturée

La forêt torturée

La dernière carte est Dominion. Ce n’est en fait pas qu’une carte, mais un mode de jeu à part entière où le but est de capturer des points. Plus le nombre de points capturés par l’équipe est important, plus le score descend, le but étant d’atteindre 0 pour gagner. À part la capture de points, le jeu est le même, on se combat avec ses adversaires de la même façon que dans une partie normale.

Dominion

Dominion et ses 5 points de contrôle.

Conclusion

Si vous aimez les jeux de stratégie, ce jeu est fait pour vous ! Il faut aimer le style, et bien sûr ça changera des jeux à la Warcraft 3 ou encore Starcraft 2 car on ne contrôle plus plusieurs mais un seul personnage. Mais c’est bien sûr un jeu à essayer, d’autant plus qu’il est gratuit. Le jeu a été pendant un moment développé pour Mac, mais le développement a été arrêté. Fort heureusement, des fans ont sorti une version non officielle pour Mac qui marche à la perfection !

Site officiel : http://euw.leagueoflegends.com/fr/

Version non officielle pour Mac : http://boompje.net/

Bon jeu ! =)

Blendimals !

Blendimals est un petit jeu gratuit qui est sortit il n’y a pas longtemps pour Windows et Mac OS dont le but est de mélanger des animaux pour pouvoir utiliser leurs différentes actions pour passer le niveau.

Il faut réussir à finir les niveau en un temps minimum.

Avions en papier…

Aujourd’hui il fait beau, voilà une bonne occasion de tester ce programme qui va vous apprendre à faire des avions en papier. Il vous propose de réaliser 6 modèles différents, 2 faciles, 2 moyens et 2 difficiles.

Les 6 modèles proposés.

Chaque étape de la réalisation comporte un dessin et une vidéo montrant ce qu’il faut faire, c’est très bien fait, nous avons pu réaliser l’ensemble des modèles sans problème.

Ici le détail de l’étape 5 du Mosquito GS (qui vole très bien).

Après avoir réalisé tous les modèles, direction l’espace vert le plus proche pour les essais, certains volent bien du premier coup, d’autres nécessitent quelques réglages. Choisissez de préférence un jour avec très peu de vent.

Voilà un programme qui a le mérite de vous faire prendre un peu l’air, il est gratuit, juste une petite publicité en haut de l’écran pas bien gênante. « Paper Plane Project » pour iPad ou iPod touch/iPhone, gratuit, en anglais ou allemand, peut-être bientôt en français (le changement de langue se fait en appuyant dans le coin inférieur gauche de l’écran).